L’accouchement reste durant notre vie le plus grand des traumatismes.

Ostéopathe pour le nourrisson :

Pourquoi?

Durant la grossesse, le bébé subira, tout comme vous, des tensions et des contraintes pendant son développement. Certaines seront des contraintes mécaniques dû à vos propres mouvements, problèmes mécaniques et chocs; d’autres seront des contraintes liées à votre propre état de tension émotionnelle, très important chez la mère.

Ensuite, la grossesse sera subit comme le premier traumatisme (au sens large) de la vie. C’est comparable à une période de transition extrêmement brutale, votre bébé change radicalement de condition et ce, de façon très rapide et parfois violente. De plus, l’utilisation d’outils pour extraire le nourrisson, la césarienne, ou encore l’épisiotomie, sont des facteurs augmentant ce traumatisme en rendant l’accouchement « moins naturel », et donc moins adapté au corps du bébé et à votre propre corps.

L’ensemble du corps du nourrisson, tout comme le votre, devra alors être investigué. Particulièrement l’ensemble de son crâne, des épaules et du rachis qui subissent des pressions importantes suivant le type d’accouchement.

Quand?

On peut amener son nourrisson dès les premières semaines de vie, bien que l’ostéopathe soit un thérapeute de première intention, dans le cas particulier des « manipulations du crâne, de la face et du rachis chez le nourrisson de moins de six mois », elles doivent faire suite à « un diagnostic établi par le médecin, attestant l’absence de contre-indication médicale à l’ostéopathie ». Or, l’investigation du crâne et de la face étant extrêmement importante, on vous demandera de prendre contact avec un médecin au préalable.

Vous pourrez trouver ci-dessous un ensemble d’informations détaillés concernant l’ostéopathie pour le nourrisson:

Ostéopathe pour le nourisson à l'Isle-sur-la-Sorgue

Tout sur ostéopathie et nourrisson

Situations nécessitant un contrôle ostéopathique:

– si l’accouchement a été déclenché, et/ou s’est fait sous péridural;
– si la naissance a été trop longue (plus de 12 heures) ou trop rapide (moins de 3 heures);
– si la présentation s’est faite par le siège, le front ou la face, ou si le bébé est né « en regardant les étoiles »;
– si le cordon s’est enroulé autour du cou;
– en cas de prématurité;
– si on a appuyé sur le ventre de la maman pour faciliter l’expulsion (expression abdominale);
– lors de l’utilisation des forceps, de la ventouse, ou des spatules;
– en cas de césarienne;
– en cas de souffrance fœtale ou de réanimation du bébé;
– en cas de naissance gémellaire.

Observez votre bébé et n’hésitez pas à consulter dans le cas où:

– il se cambre en arrière quand on le prend ou quand on lui donne la tétée;
– il a la tête plate à l’arrière;
– il tourne la tête très souvent du même côté, présente un méplat asymétrique derrière la tête, use ses cheveux de manière asymétrique;
– il est hypotonique et a du mal à tenir sa tête;
– il pleure tout le temps et/ou sans raison apparente;
– il dort mal;
– il régurgite;
– il souffre de coliques, a du mal à pousser, présente des selles peu nombreuses;
– il a du mal à prendre le sein ou le biberon;
– la maman allaitante a des crevasses;
– il sort sa langue en permanence et à tendance à baver en dehors des têtées, ou au contraire ne tire jamais la langue;
– il est tombé de sa table à langer, après surveillance et examen médical;
– il a une mauvaise position des pieds, des hanches;
– il présente un strabisme après 6 mois de vie;
– il a des otites, bronchites, rhinites à répétition.

La mort subite du nourrisson (MSN), est une pathologie que l’on comprend encore mal. Cependant, les facteurs favorisant sa survenue sont de plus en plus mis en avant:

– Pièce trop chaude;
– Encombrement du lit, empêchant la bonne circulation de l’air (doudou, peluches, etc.);
– Partage du lit avec une autre personne;
– Tabagisme passif via les parents ou les proches.
– On a longtemps conseillé de passer le nourrisson sur le ventre pour muscler la nuque et favoriser la mobilité du nourrisson, cependant c’était – aussi un facteur de risque de la MSN.

Finalement, on conseil maintenant de coucher le bébé sur le dos, ce qui favorisera par contre la Plagiocéphalie positionnelle postérieure (tête plate). La clé sera alors de favoriser la mobilité du nourrisson, de faire jouer au plus vite le bébé sur le ventre, et de le faire dormir sur le dos.